Comment se relever d'un échec en 3 Étapes ? | PrePeers

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation des cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.

Image de fond de l'article Image de l'article du blog de Prepeers écrit par Harold: Comment surmonter un échec en 3 étapes ?

Comment surmonter un échec en 3 étapes ?

Les échecs nous en apprennent plus que les succès. Pourtant, il n’est pas toujours facile de surmonter un échec. Comment faire en 3 étapes ?

Horloge7 minutes de lecture

HorlogePublié le 1/27/2020 11:29:55 AM

Que tenteriez-vous si vous étiez sûr(e) de ne pas échouer ? Pour beaucoup, l’échec est synonyme de dévalorisation et de perte d’estime de soi. C’est pourquoi de nombreuses personnes sont paralysées, et n’osent pas se lancer de peur d’échouer.

 

Pourtant, certains soulignent l’idée selon laquelle l’échec est une étape importante et indispensable qu’il faut nécessairement traverser sur le chemin de la réussite. Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, on considère d’ailleurs l’échec non pas comme une fin en soi, mais comme une expérience, ou comme un processus d’apprentissage. C’est d’ailleurs cet état d’esprit qui ressort dans la phrase de Michael Dell : « Si vous n’avez jamais échoué, c’est que vous n’avez pas assez essayé ».

 

Dans cet article, nous allons rédiger pour vous un « mode d’emploi » à utiliser face à l’échec. Nous allons évoquer notamment les échecs qui ont permis de créer les success-story connues de tous, comme Airbnb, l’histoire de Tim Ferries, auteur de « La semaine de 4 heures », ou encore celle de Sir James Dyson, le créateur du célèbre aspirateur.

 

Accepter son échec pour le surmonter


La première étape du processus qui permet de surmonter un échec consiste d’abord à reconnaître et à accepter la situation d’échec dans laquelle on peut se trouver. Qu’il s’agisse d’un échec scolaire, professionnel, sportif, amoureux, ou familial, il convient de savoir identifier, exprimer, et nommer cet échec. Attention, le déni a de nombreux pouvoirs dont celui d’empêcher d’avancer. Savoir accepter l’échec en faisant le deuil du « projet » entamé et arrêté en cours de route est la première étape.

N'hésitez pas à consulter notre article : 5 conseils pour avoir confiance en soi.


Analyser l’échec et remettre en question ses actions

Ne cherchez pas la faute, cherchez le remède.


La seconde étape pour surmonter un échec, consiste à essayer de comprendre et identifier les erreurs qui ont engendré la situation d’échec. Attention cependant à ne pas vous lamenter sur votre sort, ni à rejeter la faute sur des facteurs indépendants de vous ou de votre volonté, comme la malchance, ou l’attitude des autres. En effet, il faut parvenir à se focaliser et à se concentrer sur vos propres actions, c’est à dire ce sur quoi vos efforts ont un réel impact. Cependant, il ne faut pas non plus s’arrêter à cette étape. Selon Henri Ford, « Ne cherchez pas la faute, cherchez le remède ».


Ce que l’on peut comprendre dans cette phrase, c’est qu’il faut savoir remettre en question ses actions afin d’identifier ce qui fonctionne, et ce qui ne fonctionne pas. La question à poser est donc : quelle est la méthode et quelles sont les actions qui génèrent les meilleurs résultats ? En effet, si l’on considère que les résultats que l’on obtient sont toujours les fruits et les conséquences de nos actions, il paraît pertinent de tout faire pour trouver la bonne méthodologie qui permet de se rapprocher du succès.


Anthony Robbins, dans son ouvrage « Pouvoir illimité », suggère d’établir une liste d’objectifs réalistes à atteindre, ainsi qu’une liste des principales ressources dont vous disposez pour atteindre ces objectifs. Il suggère, enfin, d’identifier ses limites en notant chacun des points qui pourraient vous empêcher aujourd’hui d’obtenir ce que vous désirez. Il exprime ainsi l’idée suivante : « Nous avons tous des façons de nous limiter, mais en les reconnaissant, nous pouvons les changer. La manière dont nous agissons constitue l’élément déterminant de notre succès. »


L’exemple de l’échec de Airbnb


Connaissez-vous bien l’histoire d’Airbnb ? En 2006, Brian Chesky et Joe Gebbia n’avaient plus assez d’argent pour payer leur loyer à San Francisco. Ils ont alors décidé de créer un site internet pour permettre à des voyageurs de dormir, contre une rémunération, sur un des trois matelas gonflables de leur salon. En 2008, après avoir reçu quelques visites, ils ont décidé d’améliorer leur site web en proposant à quiconque de permettre à des voyageurs de passer la nuit sur un matelas ou sur le sofa installé dans le salon, contre rémunération.


Pendant des mois, l’activité sur leur plateforme restait presque plate, et ne permettait de gagner que 200 dollars par semaine, ce qu’ils considéraient comme un échec. Au lieu de tout arrêter, ils ont interrogé leurs visiteurs qui leur ont appris que les photos des appartements disponibles où dormir étaient de mauvaise qualité, et que par conséquent, leur plateforme ne donnait pas envie. Les co-fondateurs sont alors allés dans chaque logement disponible sur leur site internet afin de prendre des photos de qualité. Une semaine plus tard, le trafic avait déjà doublé. Ils ont ensuite cherché à lever des fonds, sans succès. Fin 2009, le chanteur Barry Manilow, propose de louer, sur la plateforme airbedandbreakfast.com (avant Airbnb), sa maison entière.


Ce nouveau détail donne l’idée aux co-fondateurs de créer une plateforme qui permettrait à chacun de louer à des voyageurs son logement entier. Entre 2010 et 2011, la plateforme s’est rebaptisée Airbnb et a levé successivement 7,2 et 112 millions de dollars. En 2014, la société Airbnb était valorisée à 10 milliards de dollars. Aujourd’hui, Airbnb revendique 4,5 millions d’hébergements dans 81 000 villes réparties dans 191 pays, et est valorisée le triple, soit près de 30 milliards de dollars.

N'hésitez pas à consulter notre article : Comment entreprendre un projet en 5 étapes ?


Pour surmonter un échec, il ne faut pas baisser les bras


Pour surmonter un échec, il ne suffit pas simplement de l’accepter, de l’analyser et de modifier le sens de ses actions. Il est aussi nécessaire de ne pas perdre espoir et d’être d’attaque en s’engageant en profondeur. La célèbre danseuse russe de ballet classique, Anna Povlova, exprime l’idée selon laquelle il convient de « suivre sans relâche un but : voilà la clé du succès ».

Ainsi, surmonter un échec requiert cette prouesse mentale de prendre le recul nécessaire afin de redoubler d’énergie après avoir compris ce qu’il fallait changer pour atteindre ses objectifs.


L’exemple de Tim Ferriss et de James Dyson


L’exemple de l’écrivain Tim Ferriss est une leçon de détermination. En effet, lorsqu’il eût terminé son ouvrage, chacun des 25 éditeurs à qui il s’est adressé lui ont refusé une publication. Le facteur qui différencie ici l’échec de la réussite est l’énergie, la ténacité et la force de caractère nécessaires afin d’améliorer sans cesse son ouvrage. Il a réussi, refus après refus, à ne jamais baisser les bras, jusqu’à parvenir à convaincre un éditeur de publier son ouvrage. Aujourd’hui, son ouvrage a été vendu à plus de 2 millions d’exemplaires et traduit dans 40 langues.


Sir James Dyson a créé en 1991 l’entreprise Dyson, qui réalisait en 2018 environ 5 milliards d’euros de chiffres d’affaires. Avant d’en arriver là, Sir James Dyson a fait pas moins de 5 126 tentatives de prototype avant d’arriver à créer un aspirateur performant pour lancer sa société.


Ainsi, la dernière étape nécessaire pour surmonter un échec réside dans la détermination, la persévérance et la méthode appliquée. En effet, il faut appliquer une méthode de sorte que surmonter l’échec, et l’atteinte de vos objectifs ne dépende que de vous et de vos actions. Samuel Johnson, poète britannique, résume bien cette idée dans sa célèbre phrase : « Peu de choses sont impossibles à qui est assidu et compétent. Les grandes œuvres jaillissent non de la force mais de la persévérance. »


En conclusion


Pour conclure, l’échec est bien une étape vers la réussite s’il est accepté, compris, et qu’il permet de mettre en lumière de meilleures méthodes pour parvenir à la réussite. Cette nouvelle méthode doit engendrer des actions différentes de celles mises en place jusqu’à présent. La clé pour surmonter un échec réside aussi dans la capacité à rester persévérant et déterminé. D’ailleurs, un proverbe japonais dit que « le succès c’est tomber 7 fois, et se relever 8 fois. »

Et vous, quelles méthodes vous semblent les plus efficaces pour surmonter un échec ? 



photo de profil

Article écrit par Harold

Lire d'autres articles écrits par Harold

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !

Articles similaires

Qu’est-ce que le storytelling ?

Le storytelling semble être une technique - ou un art - puissante et efficace qui permet à ceux qui racontent des histoires de les rendre captivantes. Au fait, le storytelling, c’est quoi ?

  • 6 mn de lecture
Lire l'article

Communication non-verbale : que voit le recruteur ?

L’entretien d’embauche est un exercice relativement complexe. Dans un laps de temps relativement court, vous devez parvenir à montrer au recruteur que vous êtes le candidat idéal pour le poste à pourvoir. Outre votre élocution, que vous le vouliez ou non, vous allez au cours de la discussion adopter un langage non-verbal. En quoi cela consiste ? Comment l'interpréter ?

  • 6 mn de lecture
Lire l'article

Comment savoir quel métier est fait pour moi ?

Architecte, prof, menuisier ... Quelle orientation choisir et comment être sûr(e) de soi ? Question difficile et pourtant si fréquente ! Dans cet article, nous vous livrons des conseils pour trouver sa voie.

  • 7 mn de lecture
Lire l'article