Votre navigateur ne reconnaît pas les scripts.
×
×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation des cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.

Image de l'article du blog de Prepeers écrit par Marianne: Comment Devenir Auto-Entrepreneur ?

Comment Devenir Auto-Entrepreneur ?

Entre 2017 et 2019, le nombre d’auto-entrepreneurs a augmenté de 15%, si bien qu’on en attend en 2019, 400 000 nouvelles créations de statut. Quelles sont les démarches pour devenir auto-entrepreneur ?

Horloge 6 minutes de lecture
Calendrier Publié le 03/02/2020

Votre diplôme en poche, vous voilà maintenant propulsés sur le marché du travail. Alors que bon nombre de vos camarades cherchent à arroser les joboards de CV et de lettres de motivation, vous avez fait le choix d’entreprendre. Si cela est courageux, il se peut que vous soyez très vite perdus dans la masse d’informations que vous trouverez sur le web. Afin d’être auto-entrepreneur en France, suivez le guide, les conseils et les étapes.

N'hésitez pas à consulter notre article : Comment savoir quel métier est fait pour moi ?


Quelle est la procédure à suivre pour être auto-entrepreneur ?


Créer sa micro-entreprise afin de décrocher un numéro de Siret - sésame qui vous permettra de facturer - est en définitif assez simple. Sur Internet, cela se fait en quelques minutes.


1. Les bons sites pour déclarer sa micro-entreprise


Déclarer le début d’exercice de sa micro-entreprise, doit être, depuis 2016, obligatoirement fait en ligne. Et pour cela, deux portails sont à disposition : autoentrepreneur.urssaf.fr, ou encore guichet-entreprise.fr. Attention : beaucoup de sites vont vous proposer de vous immatriculer en tant qu’auto-entrepreneur. Ils sont en première page sur Google grâce au renfort de la pub, et vous offrent de vous inscrire contre paiement. Or, ce genre de service ne vous apportera rien de plus, il est très simple de créer son auto-entreprise seul(e). Tenez-vous-en aux sites mentionnés plus haut.


2. Choisir l’activité de son auto-entreprise


Une fois sur le site choisi, la première chose qui vous sera demandée est de définir votre domaine d’activité, puis votre activité elle-même. Par exemple, vous voulez monter votre auto-entreprise de développeur, vous allez sélectionner le secteur Internet, puis développeur. N’oubliez pas de cocher la case « afficher toutes les activités du domaine » pour parcourir la liste dans son ensemble. Si cette dernière n’est pas dans la liste (cela arrive, notamment pour les nouveaux métiers numériques), sélectionnez « autre » et renseignez votre métier à l’écrit.

L’Insee pourra par la suite vous délivrer un code APE, propre à la catégorie que vous aurez choisie. Ce dernier sert essentiellement à établir des statistiques.


3. Soyez attentif aux déclarations sociales


Si le formulaire administratif demande des informations assez simples après le choix de votre activité (nom, adresse...), le volet des déclarations sociales est important. Ici, vous devrez opter pour un versement de cotisations soit :

-    Mensuel : vous allez devoir déclarer votre chiffre d’affaires tous les mois, sauf les trois premiers mois, le temps que tout se mette en place.

ou

-    Trimestriel : dans ce cas-là, vos déclarations se feront tous les trimestres.


4. L’impôt libératoire pour les auto-entreprises


Lorsque vous démarrez votre entreprise, vous pouvez choisir, pour les impôts, le versement classique. Il consiste en une déclaration de votre chiffre d’affaires annuel. Vous pouvez aussi choisir le versement libératoire mensuel ou trimestriel (selon votre choix pour les cotisations sociales), qui est l’équivalent du prélèvement à la source.

En fonction de la nature de votre activité, le pourcentage du prélèvement sera différent :

-    Il est de l’ordre de 1 % pour les activités de vente ;

-    1,7 % pour les prestations de services dont les bénéfices sont industriels ou commerciaux ;

-    2,2 % pour les activités libérales ou les prestations de services qui ne relèvent pas de bénéfices commerciaux.


Attention, vous devrez tout de même déclarer votre chiffre d’affaires une fois par an aux impôts. Une fois datée et signée, vous aurez la possibilité d’enregistrer votre déclaration pour y revenir plus tard, ou de l’envoyer directement. N’oubliez pas de fournir une copie de votre pièce d’identité.

 

Les choses à savoir avant d’être microentrepreneur


Les démarches pour être freelance sont simples. Cela étant, il reste tout de même quelques détails à savoir avant de se lancer afin d’éviter les mauvaises surprises. Ne passez pas à côté d’aides qui sont toujours les bienvenues lorsque l’on se lance dans l’entrepreneuriat ! D’ailleurs, n’hésitez pas à consulter nos conseils dans cet article.


1. Le type d’activité de votre auto-entreprise


Lorsque vous allez déclarer votre chiffre d’affaires, vous allez devoir choisir quel type d’activité professionnelle vous exercez. Il est primordial de ne pas commettre d’erreur, car de cela découlera votre pourcentage de charges sociales à payer. Il en existe trois types :

-    Commerciale : elle regroupe tout ce qui concerne la vente de biens et de marchandises (alimentaire inclus). Elle concerne aussi la location de logement type chambre d’hôte.

-    Artisanale : production de biens ou de services que vous effectuez.

-    Libérale : tout ce qui n’est ni agricole, ni commercial, ni artisanal ; toutes les prestations de services dont les bénéfices ne sont pas commerciaux.


2. L’ACRE


L’ACRE (anciennement ACCRE) est un dispositif qui vous fera bénéficier d’une exonération des cotisations, ou d’une partie des cotisations. Depuis le 1er janvier 2019, il n'est plus nécessaire d'être demandeur d'emploi pour l'obtenir. Tous les créateurs ou repreneurs d'entreprise y sont éligibles, sous conditions de revenus professionnels.

–   Si le revenu annuel est inférieur à 30 393 euros, alors le micro-entrepreneur sera exonéré totalement des cotisations pour les assurances maladies, retraite de base, allocations familiales, vieillesse et invalidité/décès.

–   L'exonération est dégressive si le revenu est compris entre 30 393 et 40 524 euros.

–   Aucune exonération n’est possible au-dessus de ce revenu annuel.


Note : actuellement, un décret peut tout faire changer à partir du 1er octobre 2019 et supprimer totalement ou en partie les exonérations. Il faut donc bien suivre l’actualité à ce sujet afin d'éviter les mauvaises surprises.


3. Le compte bancaire pour son auto-entreprise


On entend souvent dire qu’un compte bancaire professionnel est obligatoire pour une auto-entreprise. Ce n’est plus tout à fait vrai. En effet, si vous prévoyez un chiffre d’affaires annuel inférieur à 10 000 euros, vous n’êtes pas tenu d’en ouvrir un. En revanche, ouvrir un compte bancaire dédié l’est, notamment pour la tenue et le suivi de votre comptabilité. De nombreuses néo-banques proposent des comptes dédiés pour les auto-entrepreneurs.


En conclusion


Devenir auto-entrepreneur n’est pas compliqué, et cela peut se faire très rapidement sur internet. Vous avez désormais toutes les cartes en main pour vous lancer dans votre nouveau business !

N'hésitez pas à consulter notre article : Comment entreprendre un projet en 5 étapes ?



Photo de profil de l'auteur
Article écrit par Marianne